conseils d'experts

1. Qu'est-ce que l'éjaculation précoce (EP) ?

L'éjaculation précoce (EP) est  le dysfonctionnement sexuel le plus répandu chez les hommes de moins de 60 ans. Même si 1 homme sur 5 (selon la définition du DSM-IV) se dit concerné par l'EP, il s'agit de l'un des troubles masculins les plus mal diagnostiqués et traités. L'EP peut être une pathologie chronique souvent présente dès la première expérience sexuelle (EP permanente) ou peut survenir plus tard à la suite d'une autre pathologie médicale (EP acquise).

La Société Internationale de Médecine Sexuelle (ISSM) a défini l'EP permanente comme « une dysfonction sexuelle masculine caractérisée par :

  • une éjaculation qui survient toujours ou presque toujours avant la pénétration vaginale ou au cours de la minute qui la suit ; et :
  • l'incapacité à retarder l'éjaculation lors de toutes ou presque toutes les pénétrations vaginales ; et :
  • des conséquences personnelles négatives, telles que souffrance, difficultés, frustration et/ou évitement de l'intimité sexuelle. »

Références:

  1. Althof SE et al. J Sex Med. 2010;7(9):2947-2969.
  2. American Psychiatric Association. Diagnostic and statistical manual of mental disorders. 4th edition. Text revision: DSMIV-TR. Washington, DC: American Psychiatric Association; 2000.
  3. Broderick GA. J Sex Med 2006;3(4):295-302.
  4. EAU Guidelines on ED and PE 2012.
  5. McMahon CG et al. J Sex Med 2008;5:1590–1606.
  6. Porst H et al. Eur Urol 2007;51(3):816-824.
2. Quel est l'intervalle normal entre la pénétration et l'éjaculation ?

L'intervalle normal varie en fonction de nombreux facteurs et peut différer d'une personne (ou d'un couple) à l'autre. Dans les études réalisées sur la population masculine en général (en ce compris les hommes souffrant ou non d'EP) pour définir les valeurs moyennes de l'intervalle entre la pénétration vaginale et l'éjaculation, les hommes ne souffrant pas d'EP parle d'une valeur moyenne d'environ 7 minutes, avec une durée pouvant atteindre 20 à 25 minutes.

Selon la Société Internationale de Médecine Sexuelle (ISSM), chez les hommes souffrant d'EP,  « l'éjaculation survient toujours ou presque toujours avant ou au plus endéans 1 minute après la pénétration vaginale». Mais il est important de se rappeler que l'EP n'est pas uniquement une question de durée : le manque de contrôle de l'éjaculation et l'impact négatif sur les relations avec le partenaire sont des facteurs tout aussi importants pour définir l'éjaculation précoce.

Références:

  1. Althof SE et al. J Sex Med. 2010;7(9):2947-2969.
  2. Broderick GA. J Sex Med 2006;3(4):295-302.
  3. EAU Guidelines on ED and PE 2012.
  4. McMahon CG et al. J Sex Med 2008;5:1590–1606.
  5. Porst H et al. Eur Urol 2007;51(3):816-824.
3. L'éjaculation précoce est-elle une pathologie rare ?

Une partie importante de la population masculine dans le monde dit souffrir d'éjaculation précoce (EP) ou en présente les symptômes : près de 20 % à 30 % des hommes ont l'impression d'éjaculer trop rapidement. Ils sont 9 % à  consulter.

Références:

  1. American Psychiatric Association. Diagnostic and statistical manual of mental disorders. 4th edition. Text revision: DSMIV-TR. Washington, DC: American Psychiatric Association; 2000.
  2. EAU Guidelines on ED and PE 2012.
  3. McMahon CG et al. J Sex Med 2008;5:1590–1606.
  4. Porst H et al. Eur Urol 2007;51(3):816-824.
4. Si j'éjacule trop rapidement lors de chaque (ou presque chaque) rapport, est-ce que je souffre d'EP ?

Lorsque l'éjaculation survient trop vite et que ce trouble est récurrent ou chronique (apparition dès la première expérience sexuelle ou presque), il s'agit probablement d'éjaculation précoce (EP). Mais le délai précédant l'éjaculation n'est pas le seul critère pour diagnostiquer l'EP. Il doit s'accompagner d'un manque de contrôle de l'éjaculation et d'un impact négatif sur la sexualité d'une personne, générant des émotions négatives, comme la souffrance.

  1. EAU Guidelines on ED and PE 2012.
  2. McMahon CG et al. J Sex Med 2008;5:1590–1606.
  3. Porst H et al. Eur Urol 2007;51(3):816-824
5. L'EP est-elle un type de DE (Dysfonction Erectile) ?

L'éjaculation précoce (EP) est souvent confondue avec la dysfonction érectile (DE). Or, l'EP et la DE sont des pathologies médicales totalement différentes. En cas d'EP, l'érection est normale, mais l'éjaculation se produit avant ou au plus endéans 1 à 2 minutes après la pénétration vaginale. L'EP se caractérise par l'incapacité de contrôler ou de retarder l'éjaculation et est plus fréquente que la DE. L'EP apparaît dès les premiers rapports sexuels dans environ 50 % des cas et concerne uniformément tous les groupes d'âge adultes.

En revanche, la DE est une incapacité permanente à atteindre et à maintenir une érection suffisante pour permettre une activité sexuelle satisfaisante. Elle n'a rien à voir avec le contrôle de l'éjaculation et devient plus fréquente avec l'âge.

Ces deux dysfonctions sexuelles peuvent survenir en même temps : les hommes souffrant d'EP étaient plus susceptibles de se plaindre également de DE. Des études et des expériences cliniques ont montré qu'il n'est pas rare pour les hommes souffrant d'EP acquise d'avoir également une DE.

Il arrive que les hommes souffrant d'EP, c'est-à-dire d'une éjaculation trop rapide et mal contrôlée, associent la détumescence pénienne qui suit normalement l'éjaculation à une fonction érectile déficiente. L'anxiété de performance joue un rôle important chez les hommes souffrant de DE et d'EP, et contribue, au fil du temps, à aggraver les deux symptômes.

Quoi qu'il en soit, dans le cas de la DE comme dans celui de l'EP, il faut demander de l’aide pour obtenir le bon diagnostic.

Références:

  1. EAU Guidelines 2012.
  2. Jannini EA, Lombardo F, Lenzi A. Int J Androl. 2005 Dec;28 Suppl 2:40-45.
  3. Porst H et al. Eur Urol 2007;51(3):816-824.
  4. Sotomayor M. J Sex Med 2005;2(2):110-114.
6. Comment savoir s'il s'agit d'EP ?

L'EP n'est donc pas seulement un problème de durée, mais aussi de manque de contrôle de l'éjaculation et de rapports sexuels globalement peu satisfaisants. L'EP peut être diagnostiquée par un médecin pour exclure les causes organiques du problème.

7. Y a-t-il différents types d'EP ?

Oui, il existe un consensus parmi les experts médicaux pour dire que du point de vue étiologique, il faut distinguer la forme permanente de la forme acquise. L'EP permanente, autrefois appelée EP primaire, se manifeste dès le premier rapport sexuel (ou presque), perdure tout au long de la vie et est présente dans toutes les formes d'activités sexuelles.

L'EP peut également apparaître plus tard dans la vie, on parle alors d'EP acquise (ou de type secondaire). Dans ce cas, elle résulte souvent d'une autre pathologie médicale. Environ 65 % des hommes qui se disent concernés par l'EP souffrent de la forme permanente. Il s'agit d'une pathologie chronique caractérisée par les éléments suivants :

  • une apparition dès la première expérience sexuelle (ou presque) ;
  • une récurrence tout au long de la vie, voire une aggravation avec l'âge ;
  • une éjaculation survenant trop rapidement (moins de 1 minute dans 90 % des cas) ;
  • une éjaculation survenant trop rapidement lors de chaque rapport sexuel (ou presque) ;
  • une éjaculation survenant trop rapidement avec chaque partenaire (ou presque)

Certains hommes éjaculent même pendant la phase des préliminaires, avant la pénétration ou lors du premier contact avec le vagin (l'éjaculation dite « ante portas »). 49 % des hommes souffrant d'EP disent éjaculer avant la pénétration au moins occasionnellement.

L'EP acquise :

  • survient à un certain moment de la vie, avec une apparition graduelle ou soudaine alors que l'éjaculation était normale auparavant ;
  • peut être liée à des maladies endocriniennes comme des troubles de la thyroïde ou des maladies urologiques (par ex. une prostatite inflammatoire), à une pathologie anatomique comme un frein trop court, une hypersensibilité du gland, un phimosis, etc., à des problèmes neurologiques, psychologiques ou relationnels, à des expériences sexuelles traumatisantes ou aux effets secondaires de certains médicaments ou drogues ;
  • se produit uniquement avec une ou certaines partenaires (l'EP dite situationnelle).
8. L'EP est-elle liée à l'âge ?

Contrairement à la dysfonction érectile (DE), plus fréquente avec l'âge, l'éjaculation précoce (EP) affecte les hommes de tous les groupes d'âge. Elle peut survenir dès les premiers rapports (ou presque) ou se développer à un stade ultérieur de la vie, mais est plus courante chez les jeunes hommes. L'apparition de l'EP est davantage liée à la nouveauté de l'expérience sexuelle (nouvelle partenaire ou situation différente) qu'à l'âge de l'homme.

9. Quelles sont les causes de l'EP ?

L'éjaculation précoce (EP) est une pathologie médicale. L'EP chronique (dite permanente) est probablement associée à une réduction des niveaux de neurotransmetteurs qui jouent un rôle dans l'éjaculation. Tous les résultats penchent en faveur d'une implication génétique pour ce qui est de l'EP permanente.

De nombreuses autres pathologies et maladies, comme la prostatite, les troubles urinaires ou les maladies endocriniennes, peuvent avoir un impact négatif sur l'éjaculation et provoquer une EP acquise, qui pourrait également être un effet indésirable de la prise de médicaments ou de drogues ou une manifestation de problèmes sociaux, psychologiques ou interpersonnels.

10. La prostatite peut-elle causer l'EP ?

Oui, la prostatite peut être un facteur de risque important. Compte tenu du rôle de la prostate dans le mécanisme de l'éjaculation, l'inflammation de la prostate peut provoquer une EP (EP acquise). Lorsqu'ils sont traités (par ex. avec des antibiotiques), les patients retrouvent généralement une éjaculation normale tandis qu'une prostatite non traitée peut à long terme s'avérer préjudiciable et affecter la fonction éjaculatoire.

C'est pourquoi, si vous pensez souffrir d'EP, vous pouvez consulter un médecin (par exemple un urologue) afin d'en identifier la ou les causes.  .

11. Mon EP peut-elle être due à un frein trop court ?

C'est possible. La petite taille du frein (la bande élastique de tissu située sous le pénis qui aide à contracter le prépuce sur le gland) peut contribuer à causer l'EP. Quand le frein est trop court, il limite le mouvement du prépuce pendant l'érection, ce qui provoque une stimulation sexuelle excessive. En fait, plus de 40 % des hommes concernés par l'EP permanente ont un frein court.

Ceux qui souffrent d'EP et présentent également un frein court pourraient dès lors consulter un médecin, qui peut envisager une plastie du frein (allongement chirurgical du frein).

12. La varicocèle peut-elle causer l'EP ?

Une relation possible entre la varicocèle, la prostatite et des troubles de l'éjaculation comme l'EP a été observée. Si vous souffrez de varicocèle, il est important de consulter un médecin, car cela peut affecter votre fertilité.

13. Est-il possible de souffrir à la fois d'EP et de DE ?

L'EP et la DE sont des dysfonctions sexuelles très différentes, mais même si l'EP n'est pas forcément associée à une déficience érectile, les deux peuvent parfois survenir ensemble. Une proportion importante d'hommes souffrant d'EP se sont dit également concernés par la DE (31,9 %), en particulier dans les cas où l'EP survient avec l'âge, étant donné que l'incidence de la DE augmente avec l'âge.

Chez les hommes atteints de DE, qui ont besoin d'une stimulation pénienne constante pour maintenir une érection suffisante pour pénétrer leur partenaire, l'incidence de l'EP tend à être élevée, probablement parce que la peur de ne pas pouvoir maintenir une érection satisfaisante peut conduire un homme à « accélérer » les rapports sexuels. D'autres suggèrent que l'EP pourrait au fil du temps favoriser le développement de la DE.

14. L'EP peut-elle également survenir dans le cadre d'une relation homosexuelle ?

L'éjaculation précoce (EP) est un dysfonctionnement sexuel masculin qui n'a rien à voir avec l'orientation sexuelle. Comme l'indiquent certains éléments, cette dernière ne modifie pas de manière significative le tableau clinique de la dysfonction éjaculatoire et l'EP est tout aussi fréquente chez les homosexuels que chez les hétérosexuels.

Le temps de latence éjaculatoire est mesuré sur la base du temps nécessaire à l'éjaculation intravaginale (IELT), ce qui a pour effet d'exclure les activités homosexuelles des protocoles expérimentaux. Les études sur l'EP portent uniquement sur des couples hétérosexuels.

15. L'EP affecte-t-elle la relation avec mon partenaire ?

La vie et la satisfaction sexuelles jouent un rôle extrêmement important dans le bien-être d'une personne, sa qualité de vie et la relation qu'elle entretient avec son partenaire. L'Organisation mondiale de la Santé (OMS) indique qu'« une vie sexuelle satisfaisante, sûre et agréable » est un élément central de l'existence humaine.

De nombreux aspects de l'éjaculation précoce (EP) peuvent avoir des effets négatifs sur le couple. Le malaise (physique et psychologique) d'un homme combiné à une diminution de la satisfaction sexuelle de son partenaire peut nuire gravement à la sexualité et à la vie affective du couple. Pour les hommes souffrant d'EP et leurs partenaires, un manque de contrôle conduit à l'insatisfaction, au sentiment qu'il manque quelque chose dans la relation et à une détérioration du sentiment d'intimité. En d'autres termes, l'EP entraîne un déséquilibre dans la relation de couple, générant incompréhension et malaise.

L'éjaculation précoce affecte le couple de différentes manières. Il existe deux principaux types de conséquences : les effets sur la satisfaction sexuelle et ceux d'ordre psychologique. Du point de vue sexuel, 25 % des sondés ont qualifié leur satisfaction sexuelle de faible ou très faible. 52 % des partenaires d’éjaculateurs précoces n'ont ressenti aucun orgasme contre 21 % dans le groupe témoin et 75 % ont signalé des problèmes d'excitation contre seulement 20 % dans le groupe témoin. Dans une étude observationnelle européenne sur l'EP, seuls 53 % des partenaires d'éjaculateurs précoces ont connu des orgasmes plus ou moins réguliers lors du coït contre 84 % des partenaires d'hommes ne souffrant pas d'EP.

Du point de vue psychologique, les partenaires de patients souffrant d'éjaculation précoce indiquent se sentir « mal à l'aise » avec l’autre, 50 % ressentent de la souffrance et 32 % des difficultés interpersonnelles.

C'est pourquoi le couple doit s'attaquer ensemble à l'EP. Des études ont montré que les couples qui communiquent ouvertement et en toute honnêteté sur la dysfonction sexuelle masculine ont plus de chance de régler efficacement le problème. Le partenaire joue un rôle fondamental en soutenant l'homme souffrant d'EP, qui doit comprendre que le problème peut être résolu en demandant de l’aide ensemble. 

16. Qu'adviendra-t-il de ma relation, si je ne fais rien concernant mon éjaculation précoce ?

Le malaise (physique et psychologique) d'un homme combiné à la faible satisfaction sexuelle de son partenaire peut nuire gravement à la sexualité et à la vie affective du couple. Les hommes concernés par l'éjaculation précoce (EP) et leurs partenaires peuvent souffrir :

  • d'une détérioration des fonctions sexuelles ;
  • d'une plus faible satisfaction pendant les rapports ;
  • d'une qualité de vie amoindrie ;
  • d'une souffrance accrue ;
  • de difficultés interpersonnelles accrues.
17. L'EP peut-elle avoir un impact sur la fertilité du couple ?

Dans le cas d'un couple qui n'a pas de problèmes de fertilité, un homme souffrant d'éjaculation précoce (EP) est encore capable de féconder, à condition que l'éjaculation, même si elle se produit trop tôt, survienne lors de la pénétration et pas avant que le pénis n'accède au vagin (éjaculation ante portas). Dans ce dernier cas, il est conseillé de demander de l’aide.

18. L'EP peut-elle être traitée ?

L'éjaculation précoce (EP), qu'elle soit chronique (permanente) ou acquise, est un trouble sexuel. Lorsqu'elle est acquise, l'EP peut être guérie. Si le médecin découvre, par exemple, que votre EP est en fait causée par une maladie, comme une prostatite, une thérapie antibiotique résoudra l'inflammation, ce qui aura également un effet positif sur votre EP. Pour la forme d'EP permanente, le médecin peut recommander différentes options. C'est pourquoi, vous avez besoin d'un médecin pour décider si un traitement est indiqué dans votre cas et lequel.

Si vous pensez souffrir d'EP, il existe des solutions pour ce dysfonctionnement sexuel répandu . 

19. Les remèdes pour le traitement de l'EP peuvent-ils être dangereux ?

L'éjaculation précoce (EP) est un dysfonctionnement sexuel  qui peut être soignée. Elle a d'abord été considérée comme un problème psychologique traitée par des thérapies comportementales et cognitives. Les traitements de l’EP incluent parfois des médicaments et des préparations topiques

Quoi qu'il en soit, une manière sûre d'obtenir un diagnostic correct est de consulter un médecin qui peut identifier les causes (qu'il s'agisse d'une EP primaire ou secondaire).

20. Est-il possible d'améliorer le contrôle de l'éjaculation en utilisant des techniques de respiration ?

L'EP a d'abord été considérée comme un problème psychologique et a été traitée pendant des décennies par des thérapies comportementales et cognitives. Parmi celles-ci, les techniques dites de contrôle de la respiration semblaient avoir un effet apaisant et bien fonctionner sur le moment.

Mais l'expérience clinique et les études scientifiques suggèrent que les améliorations qu'apportent ces méthodes ne perdurent généralement pas sur le long terme. C'est parce que l'EP est une pathologie médicale causée par de nombreux facteurs. Des facteurs psychologiques et physiques peuvent être associés chez une même personne. Et si vous concentrez toute votre attention sur votre respiration plutôt que sur votre partenaire, qu'adviendra-t-il de votre relation et de votre propre satisfaction ?

21. La masturbation avant le rapport sexuel peut-elle être utile dans le traitement de l'EP ?

Bien que relativement efficace à court terme, la masturbation avant l'acte peut en réalité aggraver l'EP plutôt que de l'atténuer, car les hommes ignorent délibérément ou atténuent les sensations sexuelles qui doivent être contrôlées afin d'améliorer la situation. Qui plus est, la mauvaise pratique de la masturbation, c'est-à-dire une course effrénée à l'orgasme, peut également empêcher le développement de mécanismes de contrôle de l'éjaculation.

La masturbation avant l'acte est une des auto-techniques dites comportementales utilisées par de nombreux jeunes hommes. Les raisons qui appuient en théorie cette méthode sont liées au fait qu'après la masturbation, l'homme serait mieux à même de contrôler son éjaculation, apprenant à reconnaître les signes d'excitation sexuelle accrue et à garder un niveau d'excitation inférieur à celui qui déclenche le réflexe d'éjaculation. Le pénis est en outre souvent moins sensible, ce qui prolonge le délai d'éjaculation après la période de récupération.

22. Pourquoi consulter pour trouver des solutions à mon éjaculation précoce ? N'est-ce pas suffisant de parler de mon EP avec mon partenaire ?

En cas d'éjaculation précoce (EP), il est très important de parler avec votre partenaire. L'insatisfaction sexuelle peut engendrer des sentiments de frustration, de colère et de déception, et avoir un impact négatif sur l'intimité et l'harmonie d'un couple. En l'absence d'une conversation à cœur ouvert, chacun est susceptible de développer un sentiment d'impuissance, qui peut affecter le bien-être sexuel et même la stabilité du couple.

C'est pourquoi l'éjaculation précoce est un problème qu'un couple doit essayer de résoudre ensemble. Un dialogue mutuel cimente le couple et représente l'une des « armes » les plus efficaces pour parvenir à une solution. Le partenaire joue en fait un rôle essentiel en aidant l'homme à se rendre compte du problème et à trouver une solution. C'est souvent grâce à leur partenaire que les hommes vont consulter. 

23. Pourquoi consulter pour trouver des solutions à mon éjaculation précoce ? N'est-ce pas suffisant de trouver une solution sur Internet ?

N'est-ce pas suffisant de trouver une solution sur Internet ?

S’il est important de se renseigner sur une pathologie médicale, choisir une source de confiance l'est tout autant. Le site Web des associations scientifiques ou ceux bénéficiant de leur soutien peuvent fournir des informations utiles..

Les informations disponibles sur Internet ne reposent pas toujours sur des preuves scientifiques et peuvent générer de la confusion et des mythes sans fondement.

L'éjaculation précoce (EP) est un dysfonctionnement sexuel pour lequel il existe des solutions.  Demandez conseil à un spécialiste (sexologue, médecin…). 

24. Qui contacter pour trouver des solutions à mon éjaculation précoce ?

Si vous pensez souffrir d'EP,  différentes personnes comme un psychologue, un sexologue, un généraliste ou un urologue peuvent vous aider.  . L'EP est certes un sujet délicat à aborder, mais en parler ouvertement est une bonne  façon de prendre en charge le problème.

Surmonter les tabous et la gêne est une étape cruciale. Vous devriez également parler à votre partenaire afin de bénéficier d'un solide soutien et chercher une solution ensemble. Il existe en outre des outils qui peuvent vous aider vous et votre partenaire à obtenir une évaluation plus objective ; par exemple le test PEDT (veuillez noter que le PEDT ne remplace pas un diagnostic médical). 

25. J'ai honte de parler de mon EP. Que faire ?

Parler des problèmes sexuels, et plus particulièrement de l'éjaculation précoce (EP), n'est jamais simple et cause embarras et anxiété. Il est donc parfaitement compréhensible d'éprouver de la honte. La plupart des hommes souffrant d'EP supportent mal d'être catalogués d'éjaculateurs précoces. La plupart des hommes se sentent en outre gênés à l'idée d'avoir à discuter de leur problème.  C'est pourquoi la plupart des hommes souffrant d'EP n’osent pas en parler et plus de la moitié d'entre eux indiquent n'avoir jamais envisagé une telle option.

Mais il est vraiment important d'être capable de surmonter cette honte et d'en parler car c'est la seule façon d'obtenir un diagnostic et d'améliorer la qualité de votre sexualité. Il existe en outre des outils qui peuvent vous aider à surmonter les tabous et la gêne ; par exemple le test PEDT (veuillez noter que le PEDT ne remplace pas un diagnostic médical En savoir plus et effectuer le test PEDT.

26. Mon partenaire peut-il m'aider/puis-je aider mon partenaire ? Et comment ?

L'éjaculation précoce (EP) est un problème qu'un couple doit essayer de résoudre ensemble. Un dialogue mutuel cimente le couple et représente l'un des « outils » les plus efficaces pour parvenir à une solution. Un partenaire qui partage le fardeau de l'EP peut également participer à la recherche d'une solution, en en parlant avec tact à son conjoint et en l'aidant à prendre conscience du problème afin qu'il puisse trouver un moyen de le résoudre. En fait, c'est souvent grâce à leur partenaire que les hommes vont consulter pour diagnostiquer correctement le problème, d'en trouver la cause et, si nécessaire de suivre une thérapie. Tandis que certains hommes veulent cacher leur pathologie, des études ont montré que les couples qui communiquent ouvertement et en toute honnêteté sur la dysfonction sexuelle masculine ont plus de chance de régler efficacement le problème.

Une majorité d'hommes concernés (plus de 60 %) se sont dits prêts à prendre en charge leur EP si leur partenaire leur suggérait, et près de 75 % de ceux qui ont consulté l'ont fait pour augmenter leur satisfaction sexuelle.

lucifers